COUP DE BORDURE

Réalisé par Clément Marchand

Lauréat du Concours FILME TON QUARTIER 2019 – France Tv

Thème du concours : En transition

Synopsis

La Bruyère, Haute-Loire. Une petite départementale sillonne les quelques fermes en pierre. Dans deux d’entre elles, vivaient les grands parents de mon pote Bapt’. La Bruyère, c’est toute son enfance et c’est désormais son quotidien. Après trois ans à Lyon, il a décidé de revenir y vivre, en transition vers une vie plus lente, à l’écart d’un monde devenu absurde. Avec sa guitare, son stylo et son vélo, il renoue avec la maison de sa mamie désormais partie. La Bruyère, le calme, les étoiles et le froid. Ce retour au hameau, c’est une fuite loin des villes, de la surveillance technologique et de la dépendance fossile ; un écart, une façon de s’échapper et d’incarner une décroissance plus que jamais vitale, la résilience nécessaire à un futur en pointillé. Sans pour autant y couper : lui aussi a peur de voir demain.

Réalisation, Montage : Théo Petrignet

Cadrage et Prise de sons : Clément Marchand et Théo Petrignet

Ecriture : Jules Marie, Clément Marchand et Théo Petrignet

Musique : Extraits du 1er Mouvement du concerto pour contrebasse de Serge Koussevitzky Interprété et enregistré par Nathanaël Korinman et Théo Petrignet

Merci à toi Alain.

Thème du concours : L’argent n’a pas d’odeur

IL FAUT IMAGINER SISYPHE HEUREUX

Concours Infracourts 2017 – France 2

Synopsis

« Mourir pour des idées, l’idée est excellente » chantait Brassens. Mourir pour des idées, c’est choisir le combat comme seule essence de vie. L’essence nécessaire pour pousser le rocher en haut de la montagne. Quitte à le voir éternellement redescendre. Dans son combat libertaire, Alain s’est mué en Sisyphe. A la recherche d’un idéal écologique, économique et social, il risqua tout pour ses idées. Chef d’une petite entreprise de plomberie dans le solaire, il a tenu la baraque pendant 20 ans avant de s’écrouler. Puis les galères se sont enchainées : la rue, la famille, la santé. Gueule cassée par la vie, Alain ne regrette rien. L’argent n’a jamais eu de place dans les choix de cet homme, comme s’il était inodore voire indolore. Par défaut, impitoyablement, presque cruellement, il en a une désormais. A quel prix ? Il faut imaginer Sisyphe heureux.

Note d’intention

Professeur de mathématiques, amoureux de la mythologie, anarchiste, plombier, chef d’entreprise puis SDF, cette histoire est celle d’un homme discret, bienveillant et très cultivé. Alain m’a conté sa vie à travers de nombreuses métaphores et j’ai voulu retranscrire son histoire en lui rendant un hommage de forme. A travers cette suite de plans lents, souvent fixes, j’ai souhaité faire éclore la puissance symbolique de cette figure de style qu’il apprécie tant. Le mythe de Sisyphe représente un éternel recommencement, mais surtout la lutte constante qu’il a livrée pour maintenir ses idéaux libertaires alors qu’il était poursuivi par une réalité féroce. C’est pour traduire cette poursuite que s’inscrit le choix d’un noir et blanc au service des métaphores, rattrapé petit à petit par une réalité dont la couleur est dictée par le conflit des cœurs ; celui de l’homme et celui de la société : l’argent. La voix ronde et grave d’Alain m’a invité à choisir la contrebasse pour compléter le champ sonore du documentaire. Plus particulièrement, le choix de ces passages de forte tension tirés du 1er Mouvement du concerto de Koussevitsky traduit la brutalité des révolutions qu’il a choisies et des bouleversements qu’il a subis.

“ La Banque centrale européenne doit-elle aider les Etats en difficultés? ”

Une vidéo de THEO PETRIGNET & Jules Marie

PRESENTE PAR JULES MARIE

LE MONITEUR (BCE) : CHARLY MARIE
LA GRECE : JULIE GAILLARD
L’OURS : CHARLIE GABORIT
LES ENFANTS : FANETTE BOITEUX, CLEMENTINE CHAUVEAU, MARGAUX CORADINI, MAITE GUILLET,
FLORIAN LAROCHE, PAULINE OLIVIER, LEA REMION-VERSACE ET MAXIME SAGNOL

REALISATEUR : THEO PETRIGNET
ASSISTANT REALISATEUR : CLEMENT MARCHAND
CADREUR : GEOFFREY RODRIGUEZ
SON : MARGAUX CORADINI, CLEMENT MARCHAND
MUSIQUE : MUSICIAN

MAQUILLAGE : JULIE GAILLARD
MONTAGE : THEO PETRIGNET

ECRIT PAR CLEMENT MARCHAND, JULES MARIE & THEO PETRIGNET